Rapport d’activités

adc-new-flyerRétrospective 2017

Chers amis des Ateliers du Cœur,

2018 sera une grande année pour les Ateliers du Cœur car ils fêteront leurs 10 ans en tant que structure en décembre prochain et leurs 5 années d’existence en qualité d’association le 17 avril.

C’est une fabuleuse aventure qui se poursuit avec des gens très motivés, comme Laetitia et Yves du Comité, ainsi que les 43 autres bénévoles fixes de l’association, et ça donne vraiment envie d’aller encore plus loin. Plus loin car, même si nous avons déjà parcouru un joli chemin, il reste encore beaucoup de projets à développer et tellement de choses à mettre en place pour permettre à tous les parents qui ont un enfant malade de traverser du mieux possible ce quotidien tourmenté.

Tant que l’on n’est pas soi-même concerné par la maladie chronique psy ou l’hospitalisation d’un enfant, il est difficile de comprendre le combat permanent que mènent ces familles : trouver une nounou à la dernière minute pour garder la fratrie quand son enfant doit se faire hospitaliser ou quand il a une crise psy et qu’il ne peut aller à l’école, trouver quelqu’un pour aller l’occuper un moment à l’hôpital pour s’occuper de la fratrie ou faire les courses, le ménage, la lessive, etc.

Difficile aussi de soutenir une association quand on ne comprend pas son action ou que l’on ne mesure pas la valeur de son travail. Difficile également d’imaginer le quotidien d’un enfant atteint d’un TOC, d’une dépression, d’une addiction ou les rituels d’un enfant diabétique ou anorexique. En effet :

  • comment comprendre un enfant qui ne peut étudier en rentrant de l’école parce qu’il est obnubilé par le tas de papiers et cartons qui jonche le sol de sa chambre et qu’il ne peut se résoudre à jeter tant qu’il ne les a pas observés, lus et inspectés sous toutes les coutures 20, 30, 50 fois…
  • comment aider un nourrisson dont la maman a été violée et qui le rejette à ne plus avoir de troubles alimentaires et d’accepter qu’on le touche…
  • comment soutenir une fratrie qui vit avec un frère maintenu artificiellement en vie par une machine au milieu du salon alors qu’il n’y a aucune chance qu’il revienne à lui…
  • comment intervenir avec tact et succès auprès d’un enfant qui s’enferme dans le mutisme car il a brûlé sa petite sœur en jouant avec des allumettes…

Pour tenter de répondre à toutes ces questions, qui sont autant de besoins, l’association a mis petit à petit en place des services de plus en plus pointus pour faciliter cette douloureuse étape de vie. Ils sont mis à disposition des bénéficiaires de l’association ou de personnes non concernées par la maladie mais souhaitant bénéficier d’une prestation en one shot moyennant une cotisation annuelle allant, selon le nombre de personnes au sein de la famille, de CHF 50.00 à CHF 120.00.

Problème

Malheureusement, parmi les 273 bénéficiaires, seules une vingtaine de familles ont payé leur cotisation. Ceci malgré plusieurs rappels et explications année après année. C’est un manque à gagner colossal pour l’association, sachant que celle-ci n’est pas subventionnée. Le défi du Comité sera de savoir que faire dans ce cas de figure : supprimer les services aux personnes qui ne paient pas leur cotisation ou conserver un but social et permettre à tout un chacun de bénéficier des services des ADC…

2017 a vu le lancement du bébé des ADC au sein des Etablissements hospitaliers du Nord Vaudois à Yverdon : l’Appli du Coeur, un serious game développé par admstudio.ch et destiné aux enfants devant se faire opérer afin de réduire les angoisses, la douleur, la médication et la séparation avec les parents.

Après le succès obtenu auprès des eHnv, l’Appli du Cœur a été présentée à plusieurs hôpitaux (Aigle, Fribourg, Neuchâtel, HUG, CHUV, etc.) et nous espérons qu’elle pourra être déployée au sein de ces établissements pour le mieux-être de l’enfant à l’Hôpital. Croisons les doigts !

Ce projet a d’ores et déjà été sélectionné par le programme de mentorat SOFT WEB à Genève et sera peut-être lauréat à l’issue d’une année de travail pour peaufiner les relations à la communauté.

Cette année encore, tout ceci n’a pu être possible que grâce à vous et à votre généreux soutien. Celui-ci a d’ailleurs permis de mettre en place auprès de nos bénéficiaires romands les services suivants :

  • 3 ateliers expérientiels pour les enfants / ados par semaine et par maladie,
  • 1 groupe de parole pour les parents par région et par semaine,
  • 2 ateliers socio-esthétiques par mois pour les jeunes adultes,
  • 1 atelier de décompression par mois pour les mamans,
  • 3 ateliers par semaine à l’hôpital : lecture, jeux, loisirs créatifs et massages,
  • des ateliers psycho-sportifs pour les ados et jeunes adultes : karaté, tir à l’arc, self-défense, cross training, yoga, pilates, paddle et thérapie avec les animaux,
  • des activités pour les vacances : judo, pâtisserie, tennis, cirque, natation, foot et équithérapie, etc.

 

Heures de bénévolat 2017

Les Ateliers du Cœur ont offert en 2017 12’333 heures de bénévolat, cela représente 65 postes occupés par 45 bénévoles en moyenne. Ce travail est considérable et ne serait tout bonnement pas possible sans la précieuse motivation de toutes ces personnes qui travaillent dans l’ombre et qui, pour la majorité, ne sont pas concernés de près ou de loin par un enfant hospitalisé ou avec une maladie chronique psy. Sans elles, nos actions n’auraient tout bonnement pas lieu. Un tout grand merci pour votre engagement !

Cette année, les heures des gardes, des ateliers et de soutien psychologique ont été relativement stables. Pour pouvoir accroître la visibilité de l’association auprès des partenaires et bailleurs de fonds, les heures liées aux activités de markomm et RP ont été triplées mais ce n’est malheureusement pas encore suffisant, il va falloir songer à plus pour améliorer les visuels, le marketing, le sponsoring ainsi que les contacts et le réseau. En bref, il va falloir trouver davantage de temps et d’argent pour trouver de l’argent ! J

Au milieu de tout cela, il y a un poste qui a augmenté de 581 % !!! C’est celui des actions sociales avec notamment les ventes de Laetitia Pittet. En effet, ce ne sont pas moins de 1’200 heures consacrées aux vides greniers et ventes Anibis (récolter, trier, laver, tester et stocker jeux/jouets/livres/peluches/objets divers donnés, les prendre en photo, mettre des annonces, répondre aux personnes intéressées, envoyer les achats ou les encaisser, etc.) pour financer les actions de l’association. Laetitia a ainsi récolté près de CHF 16’795.00, ce qui a permis de financer les frais courants (de roulement) de l’association ainsi que les frais du local d’entreposage du matériel et les locations de salles de la Paroisse Saint-Jacques pour certains ateliers. C’est un travail titanesque et nous la remercions vivement.

Gardes (5’897 heures)

  • 396 gardes à domicile
  • 990 gardes à l’hôpital
  • 94 gardes d’urgence

Ateliers (1’402 heures)

  • 80 « Mercredi après-midi, c’est permis ! » (45 pour les 4-8 ans / 35 pour les 8-12 ans)
  • 12 initiations parent-enfant
  • 37 gardes ludiques de dépannage durant le WE
  • 970 heures d’activités durant les vacances scolaires

Permanence (1’560 heures)

  • 1/3 pour les téléphones
  • 2/3 pour les mails / whatsUp / messenger / sms / blog / page FB / LinkedIn / etc.

Soutien psychologique (786 heures)

  • 80 ateliers expérientiels / 39 groupes de paroles / 69 entretiens ð 188
  • 12 ateliers de décompression
  • 44 ateliers psycho-sportifs
  • 35 ateliers socio-esthétiques
  • 52 soins thérapeutiques offerts (massage, réflexologie, reiki, hypnose, etc.

 

Travail de l’association

L’association apporte des solutions concrètes aux familles touchées par un enfant hospitalisé ou atteint d’une maladie chronique psy afin d’alléger le quotidien des parents, faciliter la vie de la fratrie et apporter un peu de légèreté aux bénéficiaires pour que tout le monde puisse se changer les idées et tenter d’oublier un moment la maladie. Le tout dans un anonymat absolu qui fait le succès de cette petite association « généraliste ».

Les Ateliers du Cœur offrent aussi des activités à des enfants défavorisés qui n’auraient peut-être pas l’opportunité de faire les sorties culturelles, sportives ou ludiques que nous proposons. L’Association propose enfin des activités aux enfants qui ne sont pas concernés par la maladie mais qui dépannent une fois ou l’autre leurs parents. Pour ces derniers, les activités sont payantes à raison de CHF 20.00 l’après-midi, goûter compris.

Les gardes que nous effectuons à l’hôpital permettent aux parents de continuer à travailler sans avoir mauvaise conscience et sans avoir l’impression d’abandonner leur enfant. Elles leur permettent aussi de souffler un peu, de s’occuper des affaires du quotidien (ménage, courses, lessives, aller chercher la fratrie à l’école, etc.) et de s’organiser au mieux pour ne pas craquer.

Les ateliers expérientiels permettent aux enfants et adolescents atteints d’une maladie chronique, autour d’une activité XY, de s’exprimer l’air de rien sur ce qui les tracasse et de tirer profit de l’expérience de chacun pour avancer.

Les ateliers psycho-sportifs et socio-esthétiques ont été créés en 2015 pour aider les ados et jeunes adultes en manifestation dépressive ou en prise avec des addictions ou troubles du comportement à se reconstruire. Ils apprennent à vivre avec leur « faille » et comprennent comment l’appréhender à travers diverses méthodes, une psy et un coach. Les résultats sont réellement très impressionnants.

Les activités récréatives, culturelles et sportives ainsi que les gardes ludiques et les initiations permettent aux enfants et à la fratrie de ne pas sombrer dans la spirale de la maladie. Et surmonter du mieux possible cette étape de vie.

Les ateliers de décompression ont été créés pour aider les parents cette fois-ci à sortir de leur quotidien usant et à accepter la maladie de leur enfant. Ils s’articulent en deux axes :

  1. un groupe de parole « généraliste » pour les parents qui ont eu un enfant atteint de troubles du comportement et qui est maintenant guéri mais dont l’un des parents fait une décompensation. En effet, longtemps confrontés aux méandres de la maladie de leur enfant, les parents se retrouvent déstabilisés une fois que celui-ci va mieux. Ils ont de la peine à faire confiance à cette nouvelle configuration et, usés par la fatigue, n’arrivent plus à être le ciment qui maintenait la structure en équilibre.

 

  1. un atelier de détente, pour les mamans qui ont un enfant hospitalisé ou malade, déstiné à les aider à se reconstruire en apprenant à vivre avec la maladie de leur enfant et toutes ses contraintes. Certains parents, souvent les mamans, doivent arrêter de travailler pour pouvoir s’occuper de leur enfant. La vie sociale est également souvent rompue car il est difficile de prévoir des activités ou planifier des sorties durant une période incertaine. Parfois, la culpabilité rend tout simplement la chose impossible. L’association a donc travaillé près de deux ans pour convaincre les mamans à quitter la maison ou l’hôpital l’espace d’un moment pour se changer les idées. Le but étant de ne pas être plus présente mais mieux présente. L’esprit plus léger, voire reposé, le parent est mieux connecté et plus attentif aux besoins de son enfant. L’idée étant de ne pas lui transmettre son stress, ses doutes, ses peurs, son découragement…

Une nouveauté 2018 (testée en 2017), atelier permanent de cuisine crue, dédié aux mamans ou aux enfants/ados qui ont perdu l’appétit ou le goût des aliments en raison de leur traitement médical, souvent lourd. Le but est d’apprendre les bases de la cuisine crue pour réaliser facilement et simplement des recettes saines et ludiques pour redonner l’envie de manger et de réaprivoiser les goûts d’une cuisine surprenante et savoureuse.

Une autre nouveauté 2018 : les RDV ZEN pour les mamans. Une soirée selon les possibilités de chacune et un thème à choix par mois pour se détendre, oublier le temps d’une soirée la maladie, recharger les batteries pour être mieux présente pour son enfant, son conjoint et la fratrie…

Chacune de ces activités est conçue et pensée pour répondre à un besoin précis, pour correspondre à un intérêt, pour nourrir un espoir… et avancer dans la vie qui continue malgré tout.

Moyens d’action des ADC

Cette année, l’association a eu la chance de pouvoir compter sur des partenariats ponctuels à la symbolique très forte. Ainsi, nous avons reçu le soutien de :

  • Nakao Team Sàrl (Sur un Air de Japon à la Mercerie, Lausanne) qui a organisé une action « Sapin de Noël » où les ventes des décorations Kokeishi ont été reversées aux ADC,

 

  • Medtronic Internation Trading Sàrl qui – par le biais de Françoise Kouo – a pensé aux ADC lors de la vente des billets de tombola de son traditionnel « Patients Day »,

 

  • Ferring International Center SA qui – par le biais de Sibylle Bollen – a pensé aux ADC pour reverser le fruit des ventes des pots de miel du « Rucher » géré par un team d’employés bénévoles et passionnés par les abeilles,
Selfie d un essaim

Selfie d un essaim

  • CMS de Gland Ville qui – par le biais de Julien Rossier, Emilie Perrollaz, Maribel Ecoffey, Frédéric Corre, Catherine de Rosa et Franca Vallotton – a organisé une marche qui a permis de récolter une jolie somme offerte aux ADC pour leurs activités à l’Hôpital, chaque marcheur a parcouru 70 km,

 

  • Club OK 31 qui – par le biais de Thomas Mattle – organise chaque année à Stansstad (NW), lors de la Fête nationale, des festivités et dégustations pour découvrir les spécialités et coutumes d’un canton invité. Cette année, le canton invité était notre beau Pays de Vaud et les bénéfices de cette fête ont été reversés à une association du canton la nôtre,

 

  • Fondation GANDUR pour la jeunesse a, quant à elle, souhaité donner un coup de pouce aux ADC pour financer les ateliers/activités offerts aux bénéficiaires et à leur famille ainsi que pour finaliser le développement de l’Appli du Cœur,

 

  • Club des Tricoteuses qui – par le biais de Madeleine Chaillot – habille chaque année de jolies poupées et bambins de leurs créations maison. Ces sympathiques tricoteuses ont toujours la délicatesse de glisser dans une petite valise tout le nécessaire pour que ce cadeau joliment emballé fasse briller les yeux des petites filles ; les garçons ne sont pas oubliés avec de magnifiques jeux et trains en bois,

 

  • Union Bancaire Privée, UBP SA, à Genève – par le biais de Guillaume Granelli de Share a Dream (plateforme de mise en contact des structures NGOs avec des gens ou des compagnies pour les aider à atteindre leurs buts) a pensé aux ADC en organisant une grande collecte de jeux / jouets / livres / peluches auprès de ses employés. Cela a permis de penser à la fratrie des bénéficiaires, d’agrémenter les coffres à jouets des familles qui nous aident pour les gardes à domicile, etc.

 

Les ADC ont également pu compter sur le soutien bienveillant d’intervenant(e)s ou de sociétés qui nous offrent leurs services gratuitement ou à prix préférentiel pour des ateliers, des soins thérapeutiques relaxants ou des activités/stages de vacances.

Enfin, il y a la déchèterie du Giziaux à Epalinges ainsi que toutes les personnes qui ont pensé aux ADC pour donner des articles neufs ou de seconde main et que nous ne remercierons jamais assez. Toutes ces choses poursuivent leur bonhomme de chemin :

  • les habits et certains jeux sont donnés aux familles qui ont des fins de mois difficiles,
  • d’autres jeux/jouets/peluches/livres sont donnés aux personnes qui font les gardes à domicile,
  • le reste est géré par l’intermédiaire de Laetitia Pittet, membre de notre Comité, via http://www.brocoeur.ch son site de Brocante des Ateliers du Cœur.

Les ventes de Laetitia permettent non seulement de financer une grande partie des ateliers et activités de l’association mais aussi de mettre en avant la mission des ADC :

o   Sensibiliser l’opinion publique au combat quotidien que livrent ces familles contre la maladie ; même si le pronostic vital de l’enfant n’est pas engagé, le bouleversement de vie est bien réel.

o   Permettre à la fratrie de trouver sa place dans ce bouleversement de vie et l’aider à affronter cette épreuve du mieux possible.

o   Permettre aux parents de souffler un peu et de se rallier à une vie sociale parfois perdue.

o   Apporter un peu de légèreté et permettre également à des enfants en bonne santé mais défavorisés de se joindre aux ateliers pour goûter à des activités auxquelles ils n’auraient peut-être pas accès.

Tous ces gestes comptent beaucoup à nos yeux et nous vous en remercions du fond du cœur !

2017, année d’assise pour les ADC

L’association montre année après année que son action a du sens et qu’elle répond à un besoin bien réel. Malgré ses moyens limités, elle prouve son professionnalisme. En effet, on peut être une association de bénévoles non subventionnée qui produit un travail qualitatif et reconnu.

Nous poursuivons donc au mieux notre mission d’améliorer le quotidien des familles d’enfants hospitalisés ou malades avec pour 2017 :

  1. 63 bénévoles (45 fixes et 18 mobiles),
  2. 354 familles aidées (aide ponctuelle : trouver une garde, répondre à une question, trouver un spécialiste, etc.),
  3. 273 bénéficiaires (aide à l’année).

Encore une fois, le comité vous remercie de l’aider à poursuivre sa voie. Le soutien et la confiance que vous lui accordez sont très précieux.

Meilleurs messages.

Pour le comité :

Sabrina Penel

Présidente

Association Les Ateliers du Coeur

Chemin de Ballègue 43 b – 1066 Epalinges – CCP 12-295374-6

079 291 25 70 – sabrina.penel@lesateliersducoeur.ch

 

Le rapport complet avec les comptes et budgets :

 

Rapport d’activités 2017

Publicités